• Let’s talk about sleeping bags!

    This is a subject that I wanted to treat since a long time: Sleeping bags! What are the different types? What are the meaning of the informations...

  • [FR] Un nouveau départ !

    Salut tout le monde ! Bon, un gros changement dans ma vie vient d’apparaitre et il va fortement impacter ce blog !   Pour bien comprendre, je...

  • [FR] Le brief – #01 : Colombie

    [COLOMBIE] Depuis que je voyage, sans guides de voyage, j’ai souvent des amis qui me demandent de leur écrire un mail pour les briefer sur tel ou...

  • [FR] Taranaki / Pouakai Circuit

    [NOUVELLE ZELANDE] Le Pouakai circuit est un sentier de randonnée de type “tramping” situé sur la face nord du volcan Taranaki/Mt Egmont en Nouvelle Zélande ; Ile...

  • [FR] En Bref : Camper à Jökulsárlón

    [ISLANDE] Jökulsárlón est un lac pro-glaciaire et au sud de l’Islande, dans la région d’Austurland. “Jökull” signifie “montagne” ou “glacier” ; “Sárlón” signifie “lagune” ; Donc “Jökulsárlón” peut...

[CHILI]

Pucón est un village de la cordillère des Andes.
Il se trouve au pied du volcan Villarrica.

C’est un village qui à connu un essor touristique vers la fin des années 80 et est désormais connu comme la capitale du tourisme d’aventure au Chili.
De par sa proximité avec le volcan (l’un des plus actif du pays) et de deux parc nationaux (Huerquehue et Villarrica), le village est un bon point de départ pour toute sortes d’activités nature.
Le mot “Pucón” signifie “entrée” dans une langue amérindienne, le Mapuche.

Le village est souvent considéré comme le jumeau du village de Puerto Varas, de part leur similitudes.
J’ai été dans les deux, mais ayant préféré Pucón, je ne vais présenter que de lui !

En 2011, je me suis baladé un peu les environ en basse saison.

Quelques photos :

SONY DSC

Le volcan domine le village

SONY DSC

Des anciennes coulées de lave…

SONY DSC

Les bords du lac Caburgua

SONY DSC

Les chutes Ojos del Caburga

SONY DSC

Le volcan est très présent ou que l’on aille !

Bref c’est un chouette coin pour se poser un peu au Chili !

[THAILANDE]

Railey (Rai Leh ou อ่าวไร่เลย์) est une petite péninsule semi-sauvage,
au sud-est de Krabi en Thaïlande.

 

L’ensemble à une superficie d’environ 2km², c’est tout petit :
3 plages principale (Phra nang au sud, Rai leh, à l’ouest et Ton Sai au nord ouest), un petit port à l’ouest, 2 petits villages au centre et à l’ouest, un lagoon au sommet d’un des “blocs”, diverse grottes et caves (avec chauve-souris) et de la forêt rempli le reste.
L’altitude max est d’environ 130m.

Ces falaises et blocs calcaires d’une centaines de mètres en font un un site d’escalade très connu.
Cette péninsule est également réputée pour ses plages, celle de Phra nang, est souvent considérée comme une des plus belles plage du monde.
(Comme le stipule cet article)

Cette petite péninsule est accessible uniquement en bateau, du fait de sa situation géographique. Elle est coupée du monde par une barrière de forêts épaisses et collines abruptes culminant à 250m, au nord.

En mars 2015, avec une amie (son blog), nous sommes arrivés à Krabi.
On nous avait vendu Railey (qu’on a pris pour une île au début) comme un petit paradis a découvrir absolument.
Sauf qu’on ne voulait pas débourser une somme de malades pour une auberge sur la péninsule.
Donc on a pris nos sacs avec nous comme n’importe quel voyageur, mais avec une tente, dans l’optique de camper sauvage !

C’est connu, donc ça coute cher, de plus plus un lieu est notoirement connu, plus il y à risque d’affluence !
D’ailleurs l’endroit dispose de nombreux hotels de luxe, spa etc… Bref on savait plus ou moins à quoi s’attendre en y allant !

Dans cet article je vais vous montrer qu’il est toutefois possible de profiter de cet endroit en mode “cheap”.

SONY DSC

Arrivée sur Railay

Nous avons donc pris un bateau (long boat) depuis le port de Krabi, qui au bout de 40mn nous as déposé au port de Railey.
Un aller Krabi > Railey coûte environ 150 thb (soit 3.5 €).

Nous avons commencé par la méthode douce :
On a demandé aux locaux si il y avait une aire de camping !
La plupart nous ont dit : “oui oui, par la plus loin” et quand on allais plus loin, on nous disait “oui oui, par ici, plus loin” dans le sens inverse.

Donc on a arpentés toute la péninsule en nous basant sur des informations contradictoire.
Il semblerait que cela ne gène pas les locaux, mais il veulent qu’on “aille plus loin” partout sur la péninsule !
(pratique pour un lieu entouré de montagnes).
Au bout d’une heure on s’est dit “fuck that, on se met sur une plage !
Techniquement on sera plus loin, donc on ne fera qu’appliquer les conseils des locaux ! (Innocence quand tu nous tient).

On a mangé un peu, il y a quelques petits restos pas cher dans le centre de l’ile.
En gros un repas complet comprenant un plat principal, une bière, un fruit shake et un dessert coute dans les 400 thb (10€).

Puis on a donc cherché l’endroit le plus planqué possible sur une des plages. On a fini par trouver un spot ! (ici précisément).
Ce n’est qu’après qu’on à appris que cette plage était Phra nang, la fameuse “plus belle plage au monde”.
Le hasard fait bien les choses !

On a repéré la marée en se basant sur les traces dans le sable (la ou le sable mouillé s’arrête, plus une marge), afin de ne pas avoir à se faire réveiller par la mer en pleine nuit !

SONY DSC

Bien planqués

La ou c’est devenu marrant, c’est quand on a vu ces charmantes bestioles se balader un peu partout dans les environs et à coté de la tente, un genre de varan allant jusqu’à 1,50m de long. Mais vraisemblablement craintifs et les locaux n’étaient pas trop perturbés par leur présence, donc à priori inoffensifs.
J’ai par la suite cherché et appris qu’il s’agissait d’un varan malais, le 3 ème plus gros varan du monde.
Un animal bel et bien sans danger, qui n’attaque pas l’homme, contrairement à son cousin de komodo !
Il n’y a pas de serpents proche des plages, on ne le savait pas, mais c’est utile de le préciser !

Toutefois, le fait de camper en sachant que ces bestioles se baladent tout autour, c’est sympa !

SONY DSC

Coucou toi !

Du coup on a pu profiter de la plage en ayant toutes nos affaires a quelques centaines de mètres, pas de danger de vol ou quoi que ce soit !

#72 : RAILAY BEACH from Yanaki on Vimeo.

Vers 17h30 quelques bateaux se pointent sur la plage et proposent des repas chaud, genre hotdog etc.
Autrement dit on commande son repas avec de l’eau jusqu’aux genoux, c’est cuisiné directement sur le bateau et on a plus qu’à se servir !
C’était même pas cher : 2 hot-dog, une bouteille de coca, deux bouteilles d’eau : 300 thb (8€)

 

SONY DSC

C’est l’heure de la soupe !

De plus, passé 19h, tous les touristes se barrent, on avait la plage rien que pour nous !

On s’est couchés assez vite, mais vers 2h du matin, le ciel était orageux mais sans pluie et de nombreux coups de tonnerre nous ont réveillé.
L’occasion de sortir se rafraichir (car dans une tente en Thaïlande, il fait chaud) et observer le ciel !

Il y avait beaucoup d’éclairs horizontaux, un ciel très épais, peu d’étoiles mais surtout un léger courant d’air frais très agréable !
On est restés une bonne heure a discuter et à observer le ciel, c’est un bon souvenir !

Le lendemain, réveil aux environs de 7h, caché par les arbustes, on avait droit à un peu d’ombre !
La plage de Phra nang au petit matin, déserte, calme et à marée basse est un chouette spot ou flâner :

SONY DSC

Promenade matinale

SONY DSC

zZz zZz (elle dormait encore) zZz zZz

On a packé la tente, préparé nos affaires et on est repartis pour le petit dej dans le petit resto pas cher qu’on avait découvert la veille.
On en a aussi profité pour négocier la possibilité d’y laisser nos sac pour qu’on puisse se balader un peu plus sur la péninsule.
La boss nous as pas fait payer (faut dire qu’on était ses meilleurs clients haha).

On a donc poussé un peu plus loin notre découverte de la péninsule, jusqu’à la plage de Ton Sai.
Une plage qui n’est accessible que de deux manières :
– Par la côte en marchant avec de l’eau jusqu’au bassin
– Par un petit sentier de 30mn qui remonte par la jungle (on est d’ailleurs revenus par la)

C’est de loin la plage la plus touristique, plein de bars sur les bancs de sable etc !
Mais bon, boire une bière et faire un billard sur une plage en Thaïlande, ca se tente assez…

Et puis la vue était loin d’être dégeulasse :

SONY DSC

Qui dit mieux ?

SONY DSC

Ton Sai !

On est repartis par le sentier pour récupérer nos affaires et reprendre un bateau pour retourner sur Krabi.
On aurait très bien pu rester un jour de plus, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses !

Bilan, cette petite virée depuis Krabi, nous aura couté environ 1200 thb (30€) tout compris !
Il y a toujours un moyen de profiter de coins touristiques sans se ruiner, j’espère que ça vous encouragera à voyager avec une tente haha !
Utile en toutes circonstances !

Enfin bref, Railay est un spot sympa.
Il n’est pas encore trop “envahis” par les touristes, contrairement aux fameuses iles qui sont plus au sud, mais quelque chose me dit que cela ne durera pas ! C’est la Thaïlande du sud quand même ! Tout se développe a une vitesse folle dans ces coin la et si ca se trouve, le lieu tel qu’on l’a connu n’existe déjà plus !

Il va falloir trouver un autre spot haha !

[MATOS] Parlons un peu de l’énergie solaire (ou photovoltaique) – en voyage !

Vous avez surement remarqué que depuis quelques temps, un peu partout on trouve des petits panneaux solaires pas chers.
C’est vrai que l’idée est séduisante, dans notre vie de tous les jours, l’énergie est un problème constant, mais encore plus quand on voyage !

Quand on est perdu dans un coin reculé du tiers monde, c’est pas si évident de trouver une prise de courant !
On connait tous le coup de l’auberge en dortoir dans laquelle il n’y a qu’une seule prise pour 10 personnes.
Et puis quand on est en trek en pleine nature, la on en parle même pas !

C’est triste à dire comme ça, mais on est tous devenus hyper dépendant de l’énergie en voyage (téléphone, tablettes, appareils photos, lecteur mp3…). Donc l’idée de se balader avec un panneau solaire accroché à votre backpack toute la journée prends tout son sens ! C’est à mon avis la seule manière d’être indépendant sur l’énergie en voyage. Et puis, ca permet de contrebalancer un peu son empreinte écologique aussi !

Mais est ce que ca marche vraiment ? Qu’est ce que ca recharge ? Comment choisir un panneau solaire ? En combien de temps ? Quelles sont les caractéristiques à prendre en compte ? Combien ca coute ?
Je vais tenter de répondre à ces questions et vous expliquer comment ca marche dans cet article !

Pendant longtemps j’ai essayé de recharger des trucs en solaire avec différents modèles, mais ca ne marchait jamais très bien, des problèmes de compatibilité, des problèmes d’exposition… bref c’était pas terrible.

Il y a 2 ans j’ai compris certaines choses sur l’énergie solaire, j’ai trouvé un panneau performant et je m’en sers depuis.
Pas qu’en voyage d’ailleurs : Mon téléphone ne connait plus la prise ; mon panneau pendouille près de ma fenêtre tous les jours et je recharge mon iphone dessus tous les soirs haha !

Lors de mon trek de 7 jours au Népal, j’ai rechargé mon téléphone (Iphone 4) et ma tablette (Ipad mini) en solaire tous les jours avec un petit panneau solaire accroché sur mon sac.

SONY DSC

Bref, ça marche ! Mais il y a certains paramètres a prendre en compte !

 

 

1) COMMENT CA MARCHE ?
Dans les grandes lignes, un panneau portatif est composé de cellules Monocrystallines ou à base de silicium, (qui sont des matériaux semi-conducteur). Elles sont reliées entre elles par de petits fils métalliques.
Quand la lumière, ou plus précisément les photons dégagé par l’onde lumineuse “tapent” la cellule, ils mettent en mouvement les électrons de la matière, ce qui crée un courant électrique.
Ce courant est capté par les fils métalliques, ce qui produit un courant continu.
Au bout des fils métalliques il y a un onduleur, qui converti le courant continu en courant alternatif et le tout est envoyé à un transformateur (qui va déterminer la puissance en Watts).

Puis l’énergie continue son chemin jusqu’à une batterie ou elle va être stockée et proposer une puissance en milliampere hour (mAh)
En général ces batteries disposent d’un module de sortie ou d’un port USB avec une puissance définie en Volts et en milliampere (mA).

La puissance énergétique délivrée dépends directement de la surface du panneau.
A l’heure actuelle et à ce niveau de maitrise de la technologie, on a pas encore trouvé comment augmenter significativement la puissance délivrée autrement que par la taille de la surface réactive.

Plus un panneau est grand, plus il délivre de courant électrique, plus il peut être converti à des niveaux supérieurs d’énergie.

C’est simple en fait non ?

 

 

2) CE QU’IL FAUT SAVOIR ET COMPRENDRE :
Ce sont les photons qui créent de l’énergie. Pas besoin donc d’un ciel bleu dégagé, car les photons sont en partie absorbés par les nuages, mais une grosse partie d’entre eux les traversent ! Donc si vous vous baladez sous un ciel nuageux mais pas très épais (pas de gros nuages mais de petits fins à la con la…), bah ca marchera moins bien, certes, mais ca marchera quand même !

Ensuite techniquement vous ne rechargez rien directement sur le panneau !
Tout ce que vous rechargez, c’est sur la batterie (qui elle, est rechargée par le panneau) !

Donc tous les trucs que vous voulez recharger vont avoir certaines caractéristiques et besoins en énergie aussi !
Il faut donc pas recharger n’importe quel appareil sur un panneau solaire/batteries sans vérifier que les deux sont compatibles !

Le paramètre le plus clair à prendre en compte est le niveau de milliampere par heure de la batterie (exemple : 3000mAh)
Car c’est lui qui va déterminer si vous pouvez recharger un téléphone ou un appareil photo dessus !

En gros du plus petit appareil au plus gros ca donnerait quelque chose comme ça :

Peu énergivores :
Lecteur mp3 type ipod shuffle, lampe électrique, réveil, téléphone “de base”…

Moyennement énergivores :
Smartphone, GPS, batterie de clope électronique…

Plutôt énergivores :
Tablettes, GoPro, petit appareil photo numérique…

Très énergivores :
Appareil photo reflex, ordinateur portable…

Je ne connais pas les caractéristiques de chaque appareil ménager, mais je sais que par exemple pour un téléphone de type IPhone (du 4 au 6), il faut une sortie à 2000mAh minimum !
Un appareil photo de type reflex va demander autre chose qu’un module de sortie USB et un niveau de mAh bien au delà !

On ne peux pas recharger “en direct” via le solaire, car l’énergie délivrée n’est pas assez stable.
En gros si votre batterie du panneau est vide, que votre téléphone n’as plus de batterie et que vous voulez le recharger avec le panneau : ca ne marchera pas !

La vitesse à laquelle le panneau recharge la batterie est moins rapide que la vitesse à laquelle la batterie recharge votre téléphone !

 

 

3) COMBIEN DE TEMPS CA PRENDS ?
Ca dépends du temps de recharge de la batterie !
Il existe donc un ratio entre la surface du panneau et la taille de la batterie.
Mieux vaut opter pour un panneau assez large muni d’une batterie pas trop grosse : ca optimisera le rendement !

Prenons l’exemple d’un panneau de 10x30cm avec une batterie pondant du 3000mAh.
Pour recharger complètement la batterie, il faudra entre 6h et 8h d’exposition directe.
Après, recharger un téléphone de type Iphone4 prendra environ 2h.
J’ai testé avec un LG G4 : ca prends 2h aussi !
(Donc les smartphone modernes ne changent pas la donne, ce qui est une bonne nouvelle.)

 

4) QUELQUES BONNES MARQUES
Il est facile de se faire entuber, on trouve plein de panneaux solaire sur le marché, mais seulement quelques marques sont performantes.

En fait vous avez surement déjà vu un petit panneau solaire de la taille d’un téléphone qui diras sur l’étiquette que ca peut recharger votre smartphone en 6h ! Whaoo truc de dingues !
Bah ca : c’est bidon !

Une si petite surface peut recharger au mieux un lecteur MP3 ou un téléphone “à l’ancienne” mais en aucun cas un smartphone : trop peu de surface active + batterie avec sortie trop faible = Fail !

Il faut regarder attentivement les modules de sorties, les caractéristiques etc pour ne pas se planter !
Donc pour avoir essayé plein de marques avant de trouver la bonne, voilà 3 marques fiables et performantes :

A) POWER TRAVELER (Made in UK) https://www.powertraveller.com
Ils ont été parmi les premiers a commercialiser des panneaux solaire miniatures, ils ont donc l’expérience !
Je suggère le “SOLARMONKEY EXPEDITION” qui as assez de jus pour pouvoir recharger une GoPro !

B) FRENDO (Made in France) http://frendo.fr
Fabrication Française, donc on a beau dire, mais c’est quand même une preuve d’une certaine qualité !
J’utilise un “Power Sun 3,5”  et il me suffit pour recharger a 100% mon Iphone4 et mon Ipad mini à 50% le même jour !

C) GOAL ZERO (Made in USA) http://www.goalzero.com
J’ai rencontré un gars en trek qui utilisait cette marque et en était très satisfait.
Mais je n’ai pas vraiment plus d’infos que ca…

 

5) BONUS
En 2013, peut être certains ont entendu parler du projet de la “window socket”.
Des designers entendait créer un panneau solaire de 5cm de diamètre avec comme module de sortie, une prise électrique standard. Maintenant que vous avez les explications technique de “comment marche le photovoltaique”, vous prenez conscience qu’un projet comme celui ci est complètement surréaliste et relève de la science fiction compte tenu le la technologie solaire actuelle.

Allez voir ici pour plus d’informations sur leur délire :
http://www.yankodesign.com/2013/04/26/plug-it-on-the-window/
Les américains…

 

Voilà !
J’espère que cet article vous aidera à vous orienter sur les petits panneaux solaires et a faire les bons choix avant d’en acheter un !

N’hésitez pas a partager ou a commenter !

Ps : Je n’ai aucun sponsor ou contrat avec une marque ou un autre : Donc c’est pas de la pub !